cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Les petits matins Sagan

Les petits-matins Sagan, elle s’y attardait d’instinct, bien certaine d’y déjouer les vigilances sociales et, paradoxalement, d’y conjurer « la solitude aux hanches étroites ». Dans ce temps suspendu, on respire un air peu mémorable par lui-même, un air de rien, dont on comprend longtemps après qu’il remplissait la vie – et la justifiait.

 Jean-Paul Enthoven (La dernière femme)

 

Suivant

Je cherche l’Italie

  1. Ah, et voilà l’air de rien.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :