cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Emportez-moi, Henri Michaux

   (…) Emportez-moi sans me briser, dans les baisers, Dans les poitrines qui se soulèvent et respirent, Sur les tapis des paumes et leur sourire, Dans les corridors des os longs et des articulations.

             Emportez-moi,

Henri Michaux

L’Espace du dedans (1929)

Précédent

Suis-je une frimeuse ? Siri Hustvedt

Suivant

21 octobre 1930, Lettre d’Eluard à Gala, Toi, tout ce que j’aime

  1. Caroline D

    Si beau que là, dans l’instant, j’en pleure presque.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :