cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Venise et Nietzsche « Une pareille tendresse divine… »

1er mars 1879

   « Mardi 25 mars,à 7 h 45 du soir, j’arrive à Venise et vous m’embarquerez (…)      Je ne veux rien voir  autrement que par hasard. Mais m’asseoir sur la place Saint-Marc et écouter la fanfare militaire au soleil. Tous les jours de fête j’entendrai la Messe à San Marco. Je veux flâner bien tranquillement dans les jardins publics. Manger de bonnes figues. Et des huîtres. Le plus grand silence. J’apporterai quelques livres. Des bains chauds chez Barbere (j’ai l’adresse). »

Précédent

21 octobre 1930, Lettre d’Eluard à Gala, Toi, tout ce que j’aime

Suivant

J’imaginais beaucoup de choses…. Patti Smith

  1. Caroline D

    Ah, que c’est beau.

    • admin

      bonjour Caroline. Je vais de ce pas, me coucher… bye bye… Toujours sympathique de lire vos messages.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :