nu-c3a0-la-fenetre1992jl-sieff

N’es-tu pas notre géométrie,

fenêtre, très simple forme

qui, sans effort, circonscrits notre vie énorme ?

Celle qu’on aime n’est jamais plus belle

que lorsqu’on la voit apparaître

encadrée de toi : c’est ô fenêtre,

que tu la rends éternelle.

Tous les hasards sont abolis. L’être

se tient au milieu de l’amour,

avec ce peu d’espace autour dont on est maître.

(Photo Sieff)