Jean Genet

Dans l’atelier de Giacometti

   Il sourit. Et toute la peau plissée de son visage se met à rire. D’une drôle de façon. Les yeux rient bien sûr, mais le front aussi (toute sa personne a la couleur grise de son atelier). Par sympathie peut-être aussi il a pris la couleur de la poussière. Ses dents rient – écartées et grises aussi – le vent passe à travers.

 Il regarde une de ses statues :
LUI : C’est plutôt biscornu ?
Ce mot il le dit souvent. Lui aussi est biscornu. Il gratte sa tête grise, ébouriffée.

(…) En face de ses statues, un autre sentiment encore : ce sont toutes de très belles personnes pourtant il me semble que leur tristesse et leur solitude sont comparables à la tristesse et à la solitude d’un homme difforme, qui soudain nu, verrait étalée sa difformité que dans le même temps il offrirait au monde afin de signaler sa solitude et sa gloire, inaltérables.

IMG_0429

René Burri

tumblr_novbl6gmRo1r0h08no1_1280

Ernest Scheidegger

IMG_0435

Christer Strömholm