cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

pour moi tu es désert et mer – Ingeborg Bachmann

   Vienne, ce 24 juin 1949

   … Parfois je n’ai qu’une envie, c’est de partir et de venir à Paris, de sentir comment tu me saisis les mains, comment tu me saisis toute entière avec des fleurs et puis de nouveau de ne pas savoir d’où tu viens ni où tu vas. Pour moi tu viens de l’Inde ou d’un autre pays encore plus lointain, sombre et brun, pour moi tu es désert et mer et tout ce qui est secret. Je ne sais toujours rien de toi et c’est la raison pour laquelle j’ai souvent peur pour toi, je ne peux pas m’imaginer que tu aies les mêmes choses à faire que nous autres ici. Il faudrait que j’aie un château pour nous et que je te fasse venir auprès de moi, pour que tu puisses y être mon seigneur ensorcelé, nous y aurions beaucoup de tapis et de la musique, et nous inventerions l’amour.

Correspondance avec Paul Celan

imgres-1

Précédent

une rose… Pasolini

Suivant

le point à partir duquel naissent les lucioles – Yannick Haenel

  1. Il y avait un espace Ingeborg Bachmann/Paul Celan dans l’expo récente Anselm Kiefer au Centre Pompidou.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :