cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Et je fais halte et suis heureux – Milan Kundera

   Je vois un chemin dans les champs. Je vois la terre de ce chemin, rayée par les roues des charrois paysans. Et, le long du chemin, l’herbe si verte que je ne peux m’empêcher de la caresser.
Tout autour, de petits champs, pas les vastes surfaces remembrées des coopératives. Comment ? Ce n’est pas un paysage de notre temps que je parcours ? Quel paysage est-ce donc ?
Je vais plus loin et voici devant moi, à la lisière d’un champ, un églantier. Plein de menues roses sauvages. Et je fais halte et suis heureux. Je m’assieds dans l’herbe au pied du buisson et bientôt je m’allonge. Je sens mon dos toucher la terre velue. Je la palpe avec mon dos. Je la retiens avec mon dos et la prie de ne pas craindre de m’être lourde et de reposer sur moi de tout son poids.

La plaisanterie

Précédent

Ici, ils sont gentils avec moi – Dürer et Venise

Suivant

l’été – Rimbaud

  1. Quelle concours, sublime! D’abord je veux m’excuser pour mon Français, je suis flamande, mais alors on va essayer. Le pays dont je rêve d’y aller c’est l’Ecosse. Moi et mon marie voudraient y aller quand nous étions jeune en moto mais malheureusement le sort avait décidé autre chose. Je suis devenue malade et j ‘ai due avoir une opération sévère. J’avais le syndrome des ovaires polykystiques et la diagnose était très dûre. Pour moi devenir enceinte sera pas une évidence. Heureusement j’ai eu beaucoup d’aide médicale et maintenant je suis la mère d’une jolie fille de 10 ans. Mais la rêve d’aller à l’Ecosse est jamais partie. Je pense que sa sera le premier pays qu’on va visiter quand notre fille est grande.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :