Ah les femmes ! Dix ans après les violettes, Manet, qui n’a plus que peu de temps à vivre, se souvient de Berthe Morisot. Il lui écrit, le 29 décembre 1881 :
« Allez-vous faire un petit tour en Italie ? J’aurais voulu vous voir à Venise, et en rapporter des tableaux certainement très personnels. »
Quoi ? Il aurait pu y avoir, au printemps 1882, une rencontre secrète entre Manet et sa belle-sœur à Venise ? Imaginez ces tableaux, très personnels, peints à la Douane de mer, près de la Salute, sur un ponton des Zattere, en barque dans la lagune.
Il fait très beau, Berthe sourit, elle se cache derrière son éventail à manche rouge, c’est son geste d’appel favori.

« L’Eclaircie »