cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Une vie divine

Pour être au courant, en effet, il faut très jeune, avoir senti le bruit de l’eau fraîche à travers des branches de pommiers, avoir vu des roses et le sommeil coulant des feuilles agitées, s’être retrouvé dans un pré avec des chevaux en train de paître, un pré fleuri des fleurs du printemps sur lequel soufflent doucement des brises respirant le miel. Ça vous est arrivé ? Oui ? Non ? Une fois ? Deux fois ? Plusieurs fois ? Jamais ? Racontez.

Sollers

Précédent

Saviano par Sollers dans « Mouvement »

Suivant

Pourquoi ? – Rilke

  1. Des mots, comme des fleurs, mis ensemble pour faire un bouquet. Qui sent l’âme et la vie.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :