cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Même si… – Rilke

Même si s’éteignent les lampes, même si
l’on me dit : c’est la fin – même si, de la scène
le vide vient à moi dans le gris courant d’air,
même si nul de mes silencieux ancêtres
n’est plus assis auprès de moi, aucune femme,
même pas le garçon à l’œil brun qui louchait ;
je resterai. Il y a toujours à voir.

Précédent

Une anecdote

Suivant

Vous êtes seule ? 1

  1. Oui, il y a toujours à voir.
    Je resterai aussi.
    Merci, Anna.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :