Spectacle politique. Se prend-il lui-même au sérieux dans sa fuite en avant ? C’est probable, sur fond de vertige. Le plus troublant, dans cette roue permanente de la fortune, c’est l’impression d’immobilité lourde, contraire à son mouvement. Que certains acteurs partent, que d’autres arrivent ou fassent semblant d’arriver, vous êtes priés d’attendre la suite, laquelle, d’ailleurs, se saurait tarder. À quoi bon citer les noms ? Le tourbillon les emporte, les bouscule, les aspire, les dévore. À part les banques, quelle fonction résiste à ce tsunami ?

Littérature et politique