cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Le soleil – Pascal Quignard

Curieusement, il se trouve qu’il y a un sens dans le monde où nous vivons.
Non pas dans l’univers mais, sur terre, il y a une orientation qui est due au soleil. Cette orientation n’est pas du tout humaine, elle est solaire.
Le soleil, voilà le sujet.
Ce n’est pas nous, le sujet.
Le sujet, c’est le soleil qui est à la source de ce mouvement qui va de l’est vers l’ouest.
Ce mouvement, qui est le contraire d’une pensée, ne se retourne pas.
Il ne rétrocède jamais dans le temps ni l’espace.
Jamais le soleil ne va d’ouest en est. Jamais la journée ne va du crépuscule vers l’aube. Jamais l’âme ne commence son éveil dans le hululement sourd de la chouette pour finir sa veille dans les carillons des cris des coqs ou le jacassement des pies et le coassement des corbeaux.

Le soleil, tout neuf, revient par l’est chez les animaux, revient par l’est chez les hommes, revient par l’est chez les plantes, revient par l’est sur la mer, revient par l’est sur le versant de la montagne.
Un unique voyage commence à l’est, qui nous dépasse.

Une journée de bonheur

Précédent

un nu – Sollers

Suivant

les pupilles se lavent avec le vent – Erri De Luca

  1. Bonjour, une petite faute de frappe dans le dernier paragraphe : « Le soleil…, revient par l’et » au lieu de « par l’est ».
    Merci.
    Eric

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :