cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

les ombres ne sont pas noires – Sollers

Un jour, alors que personne ne s’y attend, une marée de beauté envahit l’espace. Des types bizarres, qu’on nomme vite « impressionnistes », se mettent à célébrer la nature, l’existence, les pins, les peupliers, les roses, les coquelicots, les pivoines, les nymphéas, les déjeuners sur l’herbe, les femmes respirables et sans voiles, les enfants. On les couvre d’injures, ils persistent. Et puis, ils disparaissent dans l’atmosphère, après avoir prouvé que les ombres ne sont pas noires mais bleues. La nature a rapidement révélé sa beauté. Il est stupéfiant qu’on l’oublie.

Beauté

Précédent

New York et Billie – Sagan

Suivant

Fumée – Sollers

  1. Caroline D

    Un autre texte magnifique. Merci, Anna. Pour ces inspirants morceaux de beauté.

    Et pour la petite anecdote, cet hiver, les ombres sur la neige me sont apparues plus bleues que jamais.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :