cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

L’ampoule – Tanizaki

Il m’est arrivé le soir, en regardant la campagne par la fenêtre d’un train, d’apercevoir à l’ombre des shôji d’une maison de paysan une ampoule qui brillait solitaire sous un de ces minces abat-jour désuets, et de trouver cela d’un goût exquis.

Eloge de l’ombre

Précédent

et tout cela, de la sensuelle douceur, n’est qu’une ombre – Pasolini

Suivant

Une étrangère – Jaccottet

  1. Caroline D

    Et ce soir, en lisant des mots qui parlaient d’une simple ampoule qui brillait solitaire sous un mince abat-jour, ce soir dis-je, parce que ces mots en parlaient si bien, il m’est arrivé de la voir.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :