cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Les miracles – Raphaël Enthoven

Démontrer que Dieu existe revient à lui donner la qualité d’une certitude qui exténue la croyance. Celui que la raison persuade est dispensé d’avoir la foi. Comment « croire » en l’être dont l’existence n’est pas douteuse ?
Croit-on que 2 et 2 font 4, ou que les 3 angles d’un triangle sont égaux à 2 angles droits. On ne peut jouer sur les deux tableaux, du savoir et de la croyance (…)
Dieu existe. Je l’ai arpenté. Nous sommes en Dieu, dit Saint Jean, et Dieu est en nous : autant dire que nous n’avons rien en commun avec celui dont nous faisons partie, et que le vrai miracle n’est pas de marcher sur l’eau, mais de marcher sur la terre.
Aussi, n’est-ce pas supprimer Dieu, mais affirmer son existence, que d’expliquer « les miracles » par des causes naturelles. Si Dieu était prouvé par ce qui déroge aux lois de la nature, on le chercherait en vain.

Le philosophe de service

Précédent

En cinq lettres : « jeune psychopathe originaire des Carpates » – Emmanuel Carrère

Suivant

L’Irruption – 1

  1. « le vrai miracle n’est pas de marcher sur l’eau, mais de marcher sur la terre. »
    Tragique (non-?)existence des anges
    qu’aucune chair ne retient.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :