cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

La présence est-elle toujours proximité ? – Jean-Luc Quoy-Bodin

Nous existons sur différents plans. Peut-être faut-il que l’être aimé disparaisse pour apparaître… L’absence devient alors surprésence. L’autre est partout, débordant. Il y a un silence dans le silence, c’est celui de l’absence. La présence est-elle toujours proximité ? L’invisibilité est-elle l’absence et l’absence, le détachement ? Savoir se regarder dans l’absence, ce miroir à deux faces. Se reconstruire à partir des décombres de la disparition de l’autre. Descartes conseille de se ressaisir, de ne pas « attendre que le temps seul vous guérisse » mais de se divertir par « d’autres occupations ». Transitivité de la pensée. Penser, c’est penser l’autre au-delà. je pense à toi donc je te suis par delà.

Un amour de Descartes

Précédent

Dos au mur – Nicolas Rey

Suivant

Kind of Blue – Arturo Pérez-Reverte

  1. jean-luc QUOY

    Bonjour,
    Cinq ans ,déjà, depuis la parution de ce petit livre!
    Je reviens dans mon prochain livre sur ce thème de l’absence.

    Cordialement

    • admin

      Je viens de répondre par mail.
      Vous m’avez épatée avec Descartes. C’est magnifique. Je n’ai plus comme lui ma petite fille et j’ai tout saisi.
      Vous lâche pas. J’attends l’absence, si je puis dire.
      Anna

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :