il existe un personnage extraordinaire : le saumon sauvage. Je m’en suis rendu compte à Toulouse au bord de la Garonne. Au beau milieu de la ville se trouve un barrage et, à côté de ce barrage, une passe à poissons, pour  qu’ils puissent remonter vers la source (…) Là où ils naissent, tout en haut de la rivière ou du torrent, les saumons sauvages trouvent un type de nourriture adaptée à leur taille. Mais quand ils grandissent, ils vont plus bas et descendent par palier, et à chaque palier une nourriture leur correspond. Ce phénomène est encore plus étonnant car les saumons ne s’arrêtent pas, ils vont jusqu’à l’embouchure où ils entrent dans la mer. Ces poissons d’eau douce se sont adaptés pour vivre dans la mer. Si vous êtes un jeune saumon né dans les Pyrénées, derrière Tarbes, et que vous arrivez à Bordeaux, à la Gironde, vous traversez l’Atlantique pour vous rendre tranquillement en Amérique. Encore plus étonnant : au bout d’un certain temps, les saumons éprouvent la nostalgie du pays natal et repartent dans l’autre sens. Ils retraversent l’Atlantique, ils retrouvent l’estuaire et ils remontent leur rivière sans jamais se tromper. Les savants se sont demandé comment ils faisaient : c’est grâce à leur odorat, qui est l’un des plus fins de toutes les espèces animales. Les méthodes des savants ne sont pas délicates puisque pour le comprendre ils ont coupé les nerfs olfactifs de certains saumons qui se sont retrouvés complètement perdus. Un saumon qui a la chance d’accomplir la totalité de son cycle, une fois qu’il est retourné à son point de naissance, tout en haut, meurt en déposant les oeufs qui donneront naissance à un nouveau saumon. Je vous parle de ces poissons car ils disent quelque chose de cet être extraordinaire qu’est la rivière, qui fait le pont entre le ciel d’où viennent les précipitations qui la nourrissent et la mer qui l’accueille.

Couler de source

Petite conférence prononcée le 21 octobre 2017

au nouveau  théâtre de Montreuil