cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

je cherche

Ce que je cherche ? J’ai envie de dire comme ça avant tout la pureté du regard. Je veux croire, être gentille et ce n’est pas un vain mot ; drôle, vivante. Je connais la gravité, l’état du monde. Je m’informe. La tristesse n’est pas dans ma nature. Un cadeau.
Je n’ai rien d’une dame. Les cheveux blancs jouent le jeu, s’amusent à être lumineux. Je ne saurai jamais me maquiller. Je chasse mollement certaines futilités, tel ce luxe des sacs Bottega, des belles matières. Jean,  pull, blouson, boots demeurent la base de mon habillement. Je sais que je ne résiste pas à certaines crèmes pour le corps, au parfum. Double Vanille, un enchantement ; je garderai Mitsouko jusqu’à la fin. Miller l’a aimé sur la peau d’Anaïs Nin. Miller, un ami très cher. Je reste paralysée, confondue devant les petites misères techniques du quotidien ;  suis admirative des filles qui savent tout faire, des femmes solides. Les courriers de l’administration me pétrifient sans raison à la seule vue de l’enveloppe. J’aime la douceur, la belle lenteur, la gaieté. Je demeure insouciante, pourtant je cherche un peu de maturité, elle ne vient pas. Ça m’agace. Le plaisir de faire de la cuisine est arrivé tardivement, là je m’en veux vraiment. Je n’ai pas le sens de l’orientation, me perds, et j’aime. Je suis dissipée. Rêveuse. Sûrement pas très courageuse. Amoureuse. Petite fille, j’aimais la géographie. Les cartes. Là où vivent les gens. Je voyage peu maintenant. L’envie reviendra. Une amie ne rêve que de découvertes et part tout le temps. Elle a repris la voiture d’Urli. Moi, j’ai tenté d’apprendre à conduire. Les fous rires avec l’instructeur furent nombreux mais ce ne fut pas gagné. Et ça m’indiffère. Il me semble n’avoir envie que de Venise, alors la voiture… Je change toute la décoration de cet appartement où je vis maintenant. Ne resteront que les fleurs et plantes aux fenêtres, cette lumière, ce calme, et la vie, qui revient.

Précédent

D’où viens-tu Herman ? – Claude Minière

Suivant

Kewei était têtu – Paul Greveillac

  1. Francesco

    Être, et être encore et puis encore… tout simplement…

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :