cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Pourquoi Erri ?

Il était facile de lui écrire. Son mail, à disposition.
Un matin de fin janvier, j’ai suivi l’injonction.
Légèreté de ton.
Il fait tout doux à Paris. Le ciel ce matin, rose, bleu, gris. C’est beau. Le jardin autour de la maison me semble un foutoir insurmontable. Je referme le livre et j’ai une irrépressible envie de vous dire bonjour. Hinnèni, ai-je lu. Me voici.
Merveille de trouver sa réponse, joyeuse, le lendemain.
Chère Anna, Me voici. Eccomi, Hinnèni, on répond tous les jours à un appel qui ne vient pas d’une voix…
J’adore cette envolée. Me voici, Eccomi, Hinnèni. Le don de soi, la main tendue.
On répond tous les jours à un appel qui ne vient pas d’une voix.
À la fin, Erri espère que je me donne aussi le plaisir de répondre à quelqu’un dans ma journée.

Voilà pourquoi Erri.
Je n’ai plus jamais eu besoin de lui écrire.
Le lire, relire, oui, toujours.

Précédent

la criante allégresse d’être encore vivants – Albert Cossery

Suivant

Paris – James Salter

  1. Tout simplement, j’adore! Je vous souhaite une belle journee!

    • admin

      Carole, j’ai essayé de répondre à un de vos textes. J’y suis pas parvenue. Mauvaise manip sûrement.
      Je vais essayer de faire avec le dernier reçu…
      Merci à vous, Anna

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :