cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

New York

Un soir de fin d’été, nous discutions avec Anne. Mon amie quittait ses montagnes pour passer quelques jours à la maison, à Paris. Elle émergeait enfin d’un chagrin qui l’avait laminée. L’idée d’un voyage vint je ne sais comment. Moi aussi j’avais besoin d’air nouveau sûrement. New York ? Adjugé.
Je choisis l’hôtel de De Niro à TriBeCa. Un hôtel à taille humaine. Chambres vastes. Bar tout en boiseries, en haut de celles-ci une frise avec des petits tableaux carrés du père de l’acteur. Des petits déjeuners avec du vrai café italien dans le restaurant attenant. Des biscuits de rêve.  Anne était ravie, à deux pas de l’hôtel, l’immeuble où habitait John-John. Elle fut une fan absolue. À chacun ses trucs… À l’angle, un formidable Diner, la musique et la cuisine, bonnes, très bonnes, il devint notre cantine de nombreux soirs. Les chauffeurs de taxi, tout un poème ! La plupart haïtiens, un français impeccable, ayant une connaissance de la situation politique de la France qui nous bluffa. Le barman de l’hôtel aussi  haïtien. Anne aime les cocktails avec plein de bidules dedans, vodka surtout, des herbes, des fleurs. Elle aime. Il apprécia l’engouement, lui apprit beaucoup,  navré de me voir devant un simple verre de vin rouge. S’il savait…
Oui,  quelques musées. Oui, du shopping, pas tant que ça finalement. Oui, un hot-dog inoubliable face à l’Océan. Oui, certaines hauteurs de vues. Mais moi, c’est en bas que j’aime New York. D’abord, les New-Yorkais. J’aime les New-Yorkais. On a la sensation que personne ne regarde personne, mais à peine a-t-on sorti un plan qu’ils sont là à deux ou trois, vous demandent ce que vous cherchez. Chaleur de l’accueil. J’ai adoré marcher dans la ville. Adoré. Suis allée seule à Columbia, l’université de Clem. Il y obtint son diplôme de journaliste et une licence de lettres. Il aimait les larmes d’Emily Dickinson, moi pas du tout, mais je fondais lorsqu’il me récitait The Raven, il vénérait Edgar Poe. Quitter la ville fut un crève-coeur pour lui lorsqu’il fut engagé au Boston Globe. Mais, fan de l’équipe de baseball de la ville, les fameux Red Sox, il y trouva une compensation. Je voulais m’asseoir un temps sur un banc de pierre, près de l’Alma Mater. La mère de Clem y enseigna la philosophie. Elle ne supportait pas la tiédeur de ses étudiants, et dit à son mari, fameux éditeur, qu’elle quittait l’université et se consacrerait désormais à l’écriture. Réponse du mari : Mais oui. Sache que jamais je ne t’éditerai ; seules quatre ou cinq personnes peuvent te lire. Rose écrivit jusqu’à la fin de ses jours. Encore un détail sur Rose. Lorsque Clem me présenta à elle, la première chose qu’elle me dit ne fut pas Bonjour mais « Qu’avez-vous fait comme Université ? » « Aucune Université, je n’ai même pas voulu passer le bac ». Nous devînmes les meilleures amies du monde.

Précédent

Paris – James Salter

Suivant

Le mystère

  1. Caroline D.

    Rien de moins qu’un instant de délice.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :