Il y a quelque temps, telle la cigale de la fable, je fus prise au dépourvu. Une amie, je ne sais comment, en arriva à me suggérer d’appeler une médium. J’appelle donc cette jeune femme bretonne. Etonnant. Très étonnant. Je l’appelais surtout pour un problème d’appartement et savoir si j’allais enfin sortir de cette léthargie qui me plombait. C’est vrai qu’elle me raconta mon enfance, ma vie avec Urli. Rassurée je fus sur l’appartement (elle avait raison, celui-ci fut vendu au mois dit), elle m’annonça alors que j’allais faire une rencontre, un jour d’été, en fin de journée. Elle me décrit un homme grand, déterminé, au vaste réseau social, probablement veuf, trois enfants, peu de femmes dans sa vie, Il ne vous demandera pas cent euros à la fin du mois, un détail : il porte un prénom composé  :
– Et on me dit que que cela fera pendant avec le vôtre.
Vous ne vous appelez pas Anna ?
– Mon prénom est Anna-Laura.
Pas de vie commune. Une grande complicité, de la sensualité.
Bon.
J’ai dû rater le coche. L’été s’est passé.
La chance de connaître une autre amie, elle-même médium à ses heures perdues si je puis dire. En passant ses mains sur votre tête, elle vous dit exactement la même chose que notre bretonne. « Il arrive, et beaucoup de changements chez toi. Je te donne les coordonnées d’un médium à Paris. Essaie. »
J’arrive donc dans ce Marais que j’aime et rencontre le fameux médium. Grand, homosexuel, il vit quand il est parisien dans un petit studio avec une très jolie fenêtre où quelques plantes y grimpent. Après les familiarités d’usage. Il me dit brusquement : Scorpion/Poissons ça vous parle ? – Urli était scorpion, je suis poissons. La lettre J, ça vous parle ? – Le prénom d’Urli est Jean-Louis, et le premier prénom de Clem est James.
Il me sidère un brin quand il sort alors un jeu de cartes. Il me demande de le battre. De le diviser en deux. Il étale trois rangées de cartes,  me demande d’en choisir cinq. La peur d’un coup. De mal faire. De me tromper (sur quoi, je l’ignore), le trac. En sortent le Roi de Coeur, la Dame de Coeur, l’As de Coeur, un Dix, et une autre dont je ne me rappelle plus. Rencontre se fera me dit-il, je le vois. Il est plus jeune que vous. Il sera d’ailleurs étonné lui-même de ce qui lui arrive. Une fin de journée, probablement une expo photo ou peinture. Je vous vois au milieu de plein de couleurs. Balance, ou avocat qui sait ? Je vois l’emblème. Mai/Juin. Beaucoup de complicité entre vous. Sensualité.
Il me fait répéter l’opération plusieurs fois (la séance dure une heure et demie quand même). Et bien, figurez-vous, le Roi de Coeur, la Dame de Coeur, l’As de Coeur, et le Dix, à chaque fois.
Alors, il s’énerve : « Anna ! Vous m’agacez avec vos Dix ! Je veux que vous deveniez un As, je veux que vous y croyiez. Arrêtez de douter. Vous êtes à la croisée des chemins. Si vous doutez, vous échapperez à cette rencontre. »
J’ai décidé, aujourd’hui seulement, de ne plus vouloir me satisfaire du Dix.

°°°