C’est bon !…  après tous ces silences, sans savoir d’où vient le déclic, entendre un matin sa voix chanter, se voir, nue, siffloter sous la douche une playlist réduite à l’extrême d’ailleurs : Love, love me do, la Sarabande de la 4e Partita de Bach,  Don Giovanni,  Vorrei e non vorrei.
– Là ci darem la mano,
Là mi dirai di si,
Vedi, non è lontano…
Vous connaissez ? C’est pur délice.
Approuver l’odeur du savon italien. Des crèmes. De mon parfum. Revenues, comme ça, sans tambour ni trompettes les sensations. Indifférence devant le chiffre qui s’annonce en vainqueur sur la balance. Tu t’en tapes, mais tu t’en tapes ! Tu sais que tu vas le faire descendre en deux temps trois mouvements ce chiffre. Tu penses à Sollers qui l’emploie si bien ce verbe : Savoir. Tu comprends. Tu sais. Tu sais que ça va marcher, s’en est fini de tes foutaises. Clarté de la chose. Rien à voir avec la volonté, la motivation. Lavée, rincée, éventée, révélée. Tu sais d’instinct que tu vas retrouver forme, concentration, curiosité, plaisirs, en toute simplicité, sans tralala, et la vigilance, qui va avec. D’autres épreuves, mais tu tiendras. Tu sais.
Pas pour rien.
Tu le sais.

°°°