cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Mois : juin 2019

les jupettes

C’est malin ! J’ai pris une claque en rangeant quelque chose dans un placard. Comme saisie d’une interrogation. Les autres placards. Le pincement, qui s’accentue. L’évidence. La claque. Plus une jupe, plus une robe. Toutes données, lâchées, abandonnées. Depuis la mort d’Urli, toutes aux oubliettes. Sacs il y a. Manteaux il y a. Impers il y a.  Jeans il y a. Pulls et chemises blanches. Je m’assieds sur le lit. Triste. Comme désertée de moi. Envie de pleurer.
Et j’y repense à mes robes et jupettes…
J’ai toujours eu un faible pour les vastes robes de gitane. La jaune, incroyable, avec tous ces noms de villes imprimés. Celle, évasée, en coton blanc avec sa dentelle surannée. Urli aimait y fouiller les alentours. Et les mini ! Les mini…
C’est malin !
… quand même, qu’elle était belle ma mini noire de chez Courrèges.
Qu’elle était belle. Et je souris.

Coquelicot

Ça va t’plaire, me dit mon amie Marie. Une anecdote, l’autre matin dans le métro. Il était tôt, je devais me rendre à un rendez-vous qui s’annonçait compliqué à l’autre bout de Paris. J’enfile une robe rouge, une veste et prends le métro, bondé. Je trouve une place. Soudain, on me glisse alors un papier plié dans les mains. Je me dis Quêteur. Je déplie le papier : Vous êtes magnifique ! Le temps suspendu. Tu saisis ça ? Le temps suspendu à lire ces mots. Il va bien falloir quand même que je lève la tête… Je lève la tête. Un homme sympathique, qui me sourit Ils sont tous en noir et gris, vous êtes la seule en rouge. Un coquelicot.
Ça a fait ma journée me dit Marie.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén