cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

La douceur

Elle débarque en moi ce dimanche matin, d’un coup. L’inondation. Un plein de douceur. Un remplissage jusqu’aux orteils. La douceur. Pas celle rose bonbon, celle qui vous fait voir la vie en bleu. Toutes les nuances du bleu. Et le truc, elle renforce vos sentiments, en un tournemain lave des doutes dont vous n’aviez même pas conscience, elle met les choses en place. Pas d’effervescence, d’exaltation, non, une simplicité, une évidence. – Va…
Je prends mon petit Mac, la remercie ma douceur.
L’écriture. Déterminée sous cette douceur. Inattaquable. Voilà, ce sera le titre.

Précédent

Ecrire sur lui, pour le plaisir

Suivant

un amour bizarre

  1. Bien agréable à lire
    à l’évasion du lit
    (le saut n’est plus de mon âge)
    que cette approche à la fois paisible et puissante
    d’un flot amical.
    ___
    [La douceur
    comme une douce soeur]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :