Toujours un plaisir de me rendre chez Catherine pour une séance d’hypnose. Nous avons fait un grand nettoyage de printemps en quelque sorte. Aujourd’hui nous avons trié, jeté l’inutile, rangé chaque sujet dans les bonnes cases. Et ce fut fructueux. Regarde-toi me dit-elle à la fin de la séance. Tu n’as plus la même tête qu’il y a deux heures. Il y a un petit miroir près de son bureau. C’est vrai, le rose aux joues revenu, gai le regard, en pole position le sourire, envolée, cette foutue fatigue.
Il y avait bien du boulot. Trop d’inquiétudes avec la vente de cet appartement, les craintes de ne pas trouver où me loger, tout ce côté « technique » de la chose qui me préoccupe, je sais pas faire, me suis sentie toute seule, perdue, face à ces masses de papiers à venir, et puis, ces incertitudes sur l’avenir, la lassitude qui pointait le bout de son nez, les déceptions, la paresse intellectuelle, le manque de courage, que sais-je… bref, tout ce qui tourne pas rond en nous. On a fait le tri. En fait, c’est moi qui le fait ce tri en fonction des questions de Catherine sur chaque sujet. Passionnant. Cette lucidité qui revient. S’installe. Vous renforce. Je vous épargne le processus technique. Précis. Il est très photographique en fait et ça me plaît ce système, je m’y retrouve.
Ce n’est pas toujours aussi facile. Je peux terminer une séance en étant secouée par un flot de larmes. Epuisée. Comme lorsqu’elle me fit dire adieu à Clem, à Laura. Parfois ça ne fonctionne pas, le corps ne veut pas. Mais généralement, comme aujourd’hui, ça roule…

*