Les vacances de Pâques pour la zone parisienne.
D’un coup, je suis ramenée à celles où nous partîmes pour la première fois à Santa Margherita, perle protégée à 30 kilomètres de Gênes. Soleil au départ. L’autoroute, la musique de Prince je crois me rappeler. L’arrêt déjeuner chez Greuze à Tournus. Obligatoire. Bifurcation à Mâcon, direction le tunnel du Mont Blanc. Descente vers Gênes. La ville araignée. Les ponts, les ponts, les ponts. L’autoroute, Rapallo. La sortie. Et là, me rappelle l’émerveillement d’Urli, au tournant de la route descendant vers la ville, la vue plongeante sur Santa Margherita. Epoustouflé Urli. Je connaissais déjà, j’étais venue avec Maman, alors, je l’ai regardé, lui. Puis, l’hôtel, sur les hauteurs. La vue, la vue sur cette baie. Si on prend la corniche qui mène à Portofino, une autre surprise s’offre alors en chemin. La petite plage de Paraggi. Toute cette zone est protégée. Aucune construction possible. Et ce fut délicieux. Nous avons déjeuné là, bien des fois, seuls les restaurants étaient ouverts, aucune installation de plages. Moments de plénitude. Vraiment. Verre de Grappa en main.
Vous mets les photos

Santa Margherita
Paraggi