1er Mai — Ce rappel d’un coup. Ce 1er Mai de je ne sais plus quelle année, dans ma banlieue rouge, juste ce souvenir de ma robe très très mini, fleurie, où la couleur violette dominait. Il faisait très beau, déjà chaud ce matin-là. J’accompagnais maman, je voulais prendre quelques brins de ce muguet pour offrir à ma grand-mère. Arrivant sur la petite place où aboutissait le marché, il y avait ces cafés, ces terrasses bondées. Et là, un groupe d’hommes devant l’une d’elles, ils se mirent d’un coup à chanter Bella ciao, levant leurs verres ; c’est alors que beaucoup de personnes autour reprirent avec eux le célèbre refrain comme si tous étaient italiens. Un frisson me traversa. Un frisson traversa tout le lieu. Une émotion s’installa. Les marchands de muguet agitèrent tous leurs brins – ce fut juste magnifique. Ma grand-mère m’avait expliqué ce chant des partisans. J’aimerais vous le réciter, vous transmettre ça. Inutile. Vous le connaissez par coeur ce chant. Una mattina mi sono svegliato…

*