cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Piano

Il y a ces hommes qui peinèrent dans l’escalier ce matin pour monter le piano droit dans l’appartement au-dessus du mien. Ça me rappelle ce moment. Une amie déménageait, elle ne pouvait emporter son piano. J’emménageais. Je le prends! ai-je dit. C’est ainsi qu’il arriva. Magnifique. On s’est regardé. Que vas-tu faire de moi ? sembla-t-il me dire. Ni une ni deux, j’ai mis un blouson et suis partie aussi sec vers le Conservatoire de l’arrondissement, pas bien loin. J’ai demandé à m’inscrire à un cours particulier pour adulte débutant. C’est ainsi que j’ai connu Marie-Luce. Brillante pianiste, elle accompagna les divas de par le monde. Puis, l’âge venant, elle donna des cours de chant à domicile, de piano ici. Je l’ai aimée illico, elle et le crayon glissé dans son chignon blond à moitié défait. Respirez ! fut un de ses premiers mots. Apprenez à respirer. Tout vient du ventre. Si vous ne savez pas respirer vous n’apprendrez pas. Elle m’offrit Le Hara. Hara signifie en japonais Océan de l’énergie. Elle peina avec moi. Je peinai avec elle. Nous parlions beaucoup. Beaucoup. Très vite nous déjeunions ensemble. Si la mi do… pouvait-elle dire naturellement si un bus passait près de nous lorsque nous marchions près de cette place Saint Sulpice. Ne voulant pas se perdre dans les débats politiques assommants, elle décida qu’elle était royaliste. Ecoutant du matin au soir sa chère musique, se donnant à ses élèves.
Elle mourut dans sa maison blanche au bord de l’océan un jour d’été.

*

Précédent

Mais nous avons droit à 1oo kilomètres, n’est-ce pas ?

Suivant

La maison

  1. Bennani

    Un piano, pourquoi pas. Surtout c’ est l’instrument principal pour s’initier à la musique. Tout musicien le pratique et passe des heures à pianoter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :