Je l’ai décidé comme ça, comme si un flash m’aveuglait.
Je veux rester dans ma maison.
Ne plus la vendre.
J’ai bien regardé sans conviction quelques annonces dans ce quartier où je voulais aller. Elles sont tristes à mourir. Rien qui ne fasse rêver à des prix si hauts qu’il vaut mieux en rire et faire la part des choses.
Alors bien sûr, une fois cette décision annoncée, il y a la réalité.
La réalité financière. Faire gaffe, sans être obsédée.
Suis pas sûre de pouvoir tenir plus de deux ans.
Alors je me dis, crois en la Providence. Crois.
Et pour fêter tout ça, tout à l’heure, je me fais blonde !

*