Il y a des matins, quelle qu’en soit la couleur, aujourd’hui, c’est matin bleu ciel de Paris, où tout semble facile, où la pensée se montre claire, joueuse, prête à entrer dans le jeu. Et vous remarquez ce petit truc dans un rien d’espace de votre pensée du moment. Il vous agace alors prodigieusement ce petit truc dans ce rien d’espace de la pensée du moment. Il porte un triste nom ce petit truc, le désamour. La négativité du désamour. Rien à voir avec l’indifférence. Rien. Comment l’endiguer ? Peut-il s’endiguer ? Certes, il n’est pas global, mais il vous déplaît ce sentiment. Il gâche la beauté du moment. La mouche dans le lait dirait Audiard.
Une idée vous prend.
Regarder dans le dictionnaire.
Direct Google. Définition sobre et claire. Eloignement affectif, sens 1, Cessation de l’amour, sens 2. Cessation vous semble bien moche associé à l’amour. Un côté commercial, du genre : À vendre. À louer.
Intuition. Vous vous levez, et allez regarder dans les dictionnaires à disposition à la maison. Là, vous constatez que le mot ne figure pas dans votre gros Robert, ni dans votre Hachette, ni le Larousse, certes de 2012, ni chez Alain Rey…
Un dernier, les synonymes.
Rien après Désamiantage, on y trouve Désamorcer suivit de Désappointé. — Certains y verront quand même là un certain degré d’humour.

*