Il faut une unité.
D’un coup, hier, en apprenant une nouvelle me suis sentie immédiatement désunie. L’étais-je moins auparavant ne sachant rien ? Oui.
Etrange n’est-ce pas ? — Peut-on parler là du poids des mots ?
Ce matin j’ai envie d’être dans le silence et en même temps d’être dans un brouhaha indescriptible, joyeux. Surtout ça joyeux.
Etre désunie, un état tout à fait particulier, qui vous prend de court. Rien à voir avec la peine, la tristesse. On est là devant autre chose, bien plus vaste. Immense. Bouleversant. Ne jamais en dire C’est pas grave. C’est grave.
Je vais mettre de l’or sur cette fissure, qu’elle devienne un kintsugi japonais, qu’elle prenne toute sa valeur.
Et puis faire un grand ménage dans ma maison. Qu’elle sente bon.
Et puis ne jamais oublier, ne jamais faire l’impasse.

*