cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

La petite chemise bleue

Tu la portes depuis des lustres. Elle fut de tous vos voyages d’été.
Italienne, en coton léger léger, le bleu ciel en est maintenant devenu bien pâle. Rien n’y fait, tu mets la main dessus à chaque nouveau pic de chaleur. Tu la veux sur toi. Elle est large, le moindre souffle d’air arrive à s’immiscer dessous et c’est un vrai bonheur. Tu aimes ses manches, larges aussi, que tu aimes remontées aux coudes. Elle a de l’allure la bougresse. Mieux, elle est magique. Quand tu la portes, l’air qui t’arrive, c’est l’air de Venise. Combien d’années n’a-t-elle pas déambulé avec toi via i campi. Combien de fois Urli n’a-t-il pas défait ses boutons. Combien de fois ne l’as-tu pas tachée par quelque glace au chocolat, à la vanille… L’air de Venise cette petite chemise bleue…

Précédent

Variation

Suivant

Un trésor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :