cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

et de 3

Il faisait sûrement beau ce jour-là, voilà déjà trois années… Je ne m’en rappelle plus en fait. Je souris à ce rappel. Voir apparaître ce visage sur mon compte Twitter, comme si, d’évidence, la lumière d’un deuxième soleil entrait dans ma maison. Un soleil dont je ne savais pas qu’il manquait. Un amour bizarre, très bref et apparemment sans aucun événement, peut produire une quantité de souffrances et d’interrogations disproportionnées avec ce qu’on appelle les faits. Une conversation dans l’après-midi, un baiser sur le seuil, quelques messages tendres brusquement interrompus. On sent bien là que Jacqueline Risset a connu ça.
À quoi écrire sert-il, sinon à vivre, ajoute-t-elle. La bonne manière de comprendre et suivre c’est partir du « Zut que c’est beau » ou du « Zut que ça fait mal » dès qu’il arrive.
Zut que c’est beau ! ce qui arriva ce jour-là.
Et qui dura jusqu’à cet énième point final de ces derniers mois.
Les tarots le disent, nous ne nous reverrons plus jamais.
Les tarots le disent, toujours entre nous le lien restera.
Zut, c’est toujours aussi beau alors.

*

Précédent

Alicja

  1. Bennani

    Je laisse un message peux importe qu’ il soit une réponse à votre texte.
    Ce que je vois c’ est que nous sommes des êtres humains avec nos faiblesses et nos qualités et surtout nos émotions. Nous sommes capables d’aimer à travers twitter. Je me rappelle votre première photo elle m’ a séduite et j’ai été obsef par elle et il n’ y avait aucune réponse de votre part.Puis la photo à disparu et j’etais déçu et vous vous avez continuer à partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :