cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Informatique

C’est bien beau de vouloir vendre sa maison.
Je ne m’attendais pas alors à un tel déluge de demandes. Je découvre un autre langage. Celui de l’informatique. Je lis. Regarde dehors, les branches des platanes remuent légèrement. Relis. Me sens très sotte. Appelle Marie. Comme si mon cerveau n’ouvrait pas les écoutilles. Fermé. Bloqué au langage. Je veux bien faire des photocopies. Mais scanner, joindre, télécharger, enregistrer un I-Ban, toute autre bizarrerie administrative, c’est une péripétie.
Et je préfère d’autres péripéties.
J’apprends malgré moi. Il me semble pourtant que cela n’imprime pas, si je puis dire. Le printemps arrive malgré tout, mine de rien, lui.

Précédent

Le petit tableau

Suivant

Yass

  1. Il faut prendre un secrétaire… 🙂

  2. Bennani

    Effectivement on subit un changement et les vagues sont très rapprochées. On doit s’adapter vite et le changement nous rattrape et on consulte nos enfants qui refusent de nous aider

Répondre à Dominique Hasselmann Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :