cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Un sourire

Cette pluie ce matin, pas très forte, aux gouttes pourtant lourdes. Un son qui m’a ramené d’emblée vers Urli, quelques jours avant sa mort. Il était déjà alité. Une même pluie que celle de ce matin tombait sur Chatou. Je suis montée te voir dans la chambre ce moment-là. Quand tu m’as vue, tu étais déjà sans force aucune. Tu as fait un effort considérable pour me sourire. Je te demandais tout le temps de me sourire. Ce sourire du 23 novembre est ancré en moi, à vie. Alors, je me suis allongée contre toi, je t’ai caressé là où tu aimais, je t’ai embrassé, là où tu aimais. L’idée imbécile de vouloir entrer en toi, que tu m’emportes avec toi, j’ai forcé, forcé, n’y suis pas arrivée. J’ai failli pleurer. Maudire. Me suis calmée. T’ai serré en silence. Et la pluie continua de tomber.

*

Précédent

Yass

Suivant

L’entité

  1. Bennani Mohamed Abdou

    Très beau à Dieu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :