cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Le pain au lait

Vraie matinée de printemps sur Paris. Le bleu du ciel va se renforcer. Le soleil s’annonce simplement. Il est là. Peu de gens dans la rue. Nombreux sont les parisiens ayant décampé pour ces vacances pascales. La petite boulangerie de la rue est ouverte. Pas une de ces boulangeries ultra-moderne, ultra-chic. Non, une simple boulangerie de quartier. Vous entrez, vous sentez les odeurs des pains. Bonjour ! Bonjour ! vous répond-on illico.
Il y a les gâteaux du jour. Les sandwichs et les salades pour le déjeuner. Comme il se doit, croissants, brioches, pains au chocolat, aux raisins, à la pistache… Je ne sais pourquoi j’opte pour un pain au lait.
Et là, le flash. Urli, son allure de mec rock à qui on ne la fait pas, demandant à la boulangère : Un p’tit pain au lait, s’il vous plaît. Vous pourriez le trancher sur la longueur, je voudrais mettre une petite tablette au chocolat. Oui… celle-ci, la Suchard.
Heureux en sortant de la boulangerie avec son petit pain au lait. À chaque fois il me faisait un clin d’oeil, comme pour dire : tout roule et je t’aime.

*

Précédent

L’entité

Suivant

Un moineau de Paris

  1. Francesco Pagni

    Douceur de la simplicité, Je m’y reconnais, en tout et pour tout!

  2. Quand il y a un vrai artisan (avec un four à pain) à l’origine de ces délices, on le sent tout de suite, de toutes les façons.
    Les « viennoiseries » qui marchent à la baguette in dustrielle s’en vont, penaudes… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :