cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Le tremblement de l’être

Je sais le tremblement de l’être, l’hésitation à disparaître, écrit Houellebecq dans un de ses poèmes que j’aime tellement. — J’en suis là, ce matin.
Ce tremblement de l’être.
Dans quelques heures je vais aller à cet hommage rendu au mari d’une amie,. Journaliste. Boulimique d’informations. La presse, son monde.
L’encre, le papier, son univers.
Il eut trois amours dans sa vie. Une juive, une musulmane, une chrétienne.
Je sais que je vais retrouver ce monde que j’avais déserté, oublié. Etonnamment, malgré ce tremblement de l’être, j’ai ressenti cette hésitation à disparaître ; alors, j’ai dit oui.
Oui.
J’ai dit oui.

*

Précédent

La marchande

Suivant

Déposer son cerveau

    • admin

      Nul besoin de courage, Dominique ! Le naturel a suffit. Et la gentillesse des personnes présentes.
      Delphine Horvilleur est venue dire les mots qu’il faut sur la tombe de Philippe. L’écouter, vous remplit de joie, comme ça, d’un coup. Puis se retrouver ensuite chez Marie et Philippe avec les autres qui vous mettent à l’aise. La journée fut belle, on peut le dire. Merci de vos mots.
      Anna

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :