cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

L’acqua alta

Tu es amoureuse ?
J’adore poser cette question de midinette à l’amie à chacune de ses rencontres.
Elle n’en a d’ailleurs pas tant que ça, indépendante comme elle est.
Cette fois c’est différent. Il y a un « Peut-être » annonciateur de beau temps.
Déjà, le chat de l’un s’accorde de façon inattendue avec le chat de l’autre, un foutu caractère.
Déjà, ils partagent le même goût pour les randonnées ardues. L’île où ils vivent.
Il a d’abord aimé en elle sa voix.
Elle a d’abord aimé en lui qu’il lui demande de parler avec lui.
Ils se sont rencontrés lors d’un concert classique dans un lieu magique de leur île.
J’ai déjeuné avec elle l’autre jour. Tu es amoureuse ?
Un silence… Peut-être, il me manque…
Je ne veux pas précipiter les choses, ajoute-t-elle.
Je ne sais comment m’est venue l’idée.
Tu me fais penser à Venise.
Venise qui se protège de la montée des eaux par ses digues.
N’aie pas peur de l’Acqua Alta.

*


Précédent

Déposer son cerveau

Suivant

Je regarde et j’écoute

  1. … et l’installation, parfois artistique, de ses passerelles… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :