cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Le guéridon

Hauteur : 75 cm
Diamètre : 65 cm
tel est le descriptif brut d’un guéridon tripode, en bois naturel, légèrement poudré d’un rose subtil, et qu’il fallait absolument selon moi pour le petit salon en devenir. Précédemment, Philippe Model avait proposé un guéridon moins haut, moins rond, d’un magnifique violet. Mais je n’aimais pas le caresser, il y avait une rudesse de la matière. Je gardais dans la tête celui que j’avais vu dans un des nombreux livres de Philippe, Métamorphoses ou Couleurs, je ne sais plus. Un simple, très simple, en bois naturel.
Il me l’apporta un matin. Plaisir.
Ce guéridon trouva sa place, d’emblée.
Philippe posa juste un léger film protecteur sur le dessus.
Et les jours passèrent….
Philippe était absent lorsque Pierre, son collaborateur direct, vint un matin pour voir l’appartement.
Sa stupéfaction immédiate en voyant le guéridon dans le salon. — « Philippe vous a laissé son guéridon ! Ça alors ! Il faut qu’il vous estime beaucoup… » — Comment cela ? ce n’est pas une production ?
— Non, aucune production n’a été faite… En vous laissant son guéridon, c’est comme si Saint-Laurent vous donnait sa robe fétiche… »

*

Philippe, son guéridon sans le salon, et le regard d’Erri




Précédent

Machines et Echelles,

Suivant

Les deux abeilles

  1. Une sorte de rigodon domestique… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :