cet air de rien

Anna Urli-Vernenghi

Les deux abeilles

Alors que la manifestation de la CGT déambulait à son rythme rue de l’Université pour réclamer des augmentations de salaires — j’ai toujours aimé les voir défiler, les écouter passer — donc, alors que je prenais au même moment ce bouquet de tulipes au-dehors de la petite boutique de la fleuriste, je les ai vues. Deux, elles étaient deux, les petites abeilles à virevolter autour des bouquets multicolores.

— Déjà ? ai-je dit à la fleuriste. Il est bien tôt… mais je me trompe peut-être..
— Non, répond-elle — gravement. Je me suis posée aussi la question. Début février. C’est grave ça…

Oui, c’est grave ça.

*






Précédent

Le guéridon

Suivant

Monts et merveille

  1. Bennani Mohamed Abdou

    Ah partout le MM problème, chez moi sur ma terrasse il y a des abeilles. Il fait doux et MM chaud .On dit que nous sommes en été il n’y a pas de printemps

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :