L’humeur est à la rêverie avec tout ce gris englobant Paris. Ce soir deux amis à dîner ici. Un homme. une femme. Pas un couple. Deux amis. On va se diriger vers le poulet/purée de saison. Pourquoi alors cette rêverie matinale, ce brin de mélancolie qui mène à la lenteur des gestes… faire le lit… passer l’aspirateur… la serpillière… Se doucher. S’habiller… c’est bien, tu mincis…
Parce que ce soir j’aurais bien aimé l’inviter, lui, le gentil, avec lequel, par absurdité, je me suis égarée via des mots que je n’ai pas maîtrisés. Il aurait discuté avec ferveur avec ces deux-là. Nous aurions été amusés par tant d’éclat. Mais voilà, il ne viendra pas.

*